Paramour Set L’Amourose: Le test

Paramour Set L’Amourose, le cadeau de Noël par excellence!

Noël est passé et je ressens l’envie de vous présenter l’un des super cadeaux que j’ai trouvé sous mon sapin cette année. Adorablement emballé par mon chéri, j’ai eu le bonheur de déballer et de découvrir ce fabuleux Paramour Set L’Amourose. Autant vous dire qu’il ne m’a pas fallu beaucoup de temps avant de me laisser tenter par l’expérience et de vous en faire part.

LIRE LA SUITE

La taille qui compte: le point sur le sujet

Est-ce la taille qui compte ?

C'est la taille qui compte : vrai ou faux ?
L’IMPORTANCE DU CALIBRE PHALLIQUE DANS LE PLAISIR FÉMININ

Il est commun d’entendre que le plaisir féminin est proportionnel à la taille du sexe de son partenaire, mais à quel point cette croyance est-elle justifiée? La dimension d’un pénis joue-t-elle un rôle dans l’attrait et l’habileté à donner du plaisir?

L’Homme possède le plus grand sexe de tous les primates tantôt en taille absolue tantôt en rapport à son corps. Comme les paons femelles, qui prédilectionnent les mâles à longues plumes aux couleurs vives ; les femmes – à travers l’Histoire de l’évolution – eurent développé un intérêt important à la forme et à la taille du phallus de leurs partenaires.

Pour ces raisons, leurs choix de partenaires se seraient dirigés vers des hommes plus calibrés, transmettant ainsi leurs gènes à leur descendance. Ce phénomène est appelé la sélection sexuelle.

LIRE LA SUITE

Viol masculin, un sujet encore trop tabou

Le viol masculin, impossible ?

Cette semaine, l’article de notre blog est un peu plus sérieux que d’habitude, et j’espère qu’il attirera l’attention sur ce sujet si tabou. En discutant avec des amis ce weekend, je leur ai parlé d’un témoignage que j’ai lu sur le viol masculin. Réaction des premiers concernés ? C’est impossible qu’un homme se fasse violer ! Abuser éventuellement, mais mécaniquement, un homme ne peut pas se faire violer.

Viol masculin tabou LIRE LA SUITE

Quick sex : 4 choses à savoir

Le quick sex, ou le quickie, est tendance. C’est l’art de faire l’amour à la sauvette – le rapport ne dure pas plus de 15 minutes. Mais pourquoi ? D’une part, à notre époque, les hommes et les femmes n’ont plus de temps pour eux. Tout se fait vite, et certaines personnes rechignent à prendre le temps de faire l’amour. D’autre part, les rencontres sans lendemain et les sex friends sont des pratiques de plus en plus courantes. En combinant ces deux facteurs, nous obtenons le quick sex !

Scène quick sex LIRE LA SUITE

Les règles nous gâchent la vie

Comment vivre avec les règles?

Après avoir parlé de la pilule, j’ai décidé de développer un nouveau sujet très féminin (et tout aussi pénible) : les règles ! Chaque femme a une relation bien particulière avec son corps, mais la majorité des femmes le diront : les règles, c’est chiant ! Même si l’on est passée à la Mooncup (qui facilite grandement la vie pendant les menstruations), l’inconfort et les douleurs liées aux règles ne disparaissent pas.

LIRE LA SUITE

Ces femmes qui ne veulent pas d’enfant

Après avoir vu le succès de ce témoignage d’une femme qui ne veut pas d’enfant (publié sur le Facebook de BonbonRose), je me rends compte que c’est un sujet qui fait réagir les femmes. C’est pourquoi, j’ai décidé d’en faire un article pour faire comprendre à tous : les femmes qui ne veulent pas d’enfants ne sont pas anormales.  Les femmes sans enfant sont appelées « nullipares ». Un terme médical qui a tout de suite une connotation négative :  une « nulle » allant « nulle part » ! Et pourtant, on se rend vite compte que les femmes sans enfant savent très bien où elles vont.

LIRE LA SUITE

Stérilet au cuivre : le témoignage d’une lectrice

Le stérilet au cuivre, une révélation

Un lectrice tenait à vous faire partager son témoignage sur le stérilet au cuivre. Arrêter la pilule et passer à une contraception non-hormonale a été une révélation, pour elle et pour son corps. Voici son message:

 » J’ai décidé d’arrêter la pilule après 5 ans de prise et cela a été la meilleure décision de ma vie de jeune femme. En effet, j’ai été complètement effarée des risques des méthodes hormonales à long terme sur la santé. J’ai donc opté pour un stérilet au cuivre que je porte depuis début 2014 et je le supporte parfaitement bien. Il faut savoir que la prise d’hormones dérègle notre organisme et notre cycle naturel! En effet, la prise d’hormones supprime carrément l’ovulation, et quand vous prenez la pilule et que vous avez la pause des 7 sept jours, il s’agit en fait de fausses règles puisqu’il n’y a pas eu d’ovulation.

Poser un stérilet n’est pas une partie de plaisir (quoique la douleur peut varier d’une femme à l’autre) étant donné que le col de l’utérus (muscle) est encore bien « resserré » si l’on n’a pas eu de grossesse. Je sais donc aujourd’hui ce qu’est une contraction… J’ai eu encore quelques douleurs durant 10 jours, puis elles se sont atténuées jusqu’à totalement disparaître!

Aujourd’hui, je me sens parfaitement en accord avec mon corps de femme et tout ce qu’il représente à travers son cycle …qui donne la vie! Je sens mes ovaires par exemple, j’ai de nouveaux ressentis. Et non, contrairement à ce que ma gynéco a bien voulu me faire croire, mes règles ne sont pas plus abondantes et plus douloureuses. Tout va pour le mieux! 🙂

La durée de vie de mon stérilet est de 4 – 5 ans et je pense qu’une fois enlevé, je choisirai la contraception au naturel, jusqu’à ce que j’aie des enfants. C’est-à-dire la méthode des températures avec la connaissance exacte des périodes d’ovulation, pour être encore plus en phase avec moi-même, et mon cycle de femme, que je crois profondément que l’homme devrait respecter chez toute femme. Cependant, la responsabilité de notre santé et d’engendrer le respect auprès de la gente masculine nous appartient.

Reprenez votre pouvoir de femme 🙂

Avec amour pour toutes les femmes <3 « 

Merci pour ce témoignage, qui j’espère pourra aider nos lectrices à y voir plus clair.

Illustration d'un stérilet au cuivre

Voilà l’illustration d’un stérilet au cuivre. Il mesure moins de 4cm de long.

Si vous aussi avez un témoignage, une histoire ou une anecdote à partager, n’hésitez pas à m’écrire à julianne@bonbonrose.ch.

Bon weekend!