Le Matin Bleu 20.07.2007. Une «femme chocolat» dévoile son bonbon rose en toute liberté

ÉROTISME. Depuis qu’elle a créé son sex-shop sur Internet, en février dernier, Marina appréhen­dait la réaction de son entourage. Aujourd’hui, elle fait fi des qu’en dira-t-on et accepte de montrer son visage.

Par Emilie Veillon

Marina, entourée d’une panoplie d’accessoires coquins. E.V Powered by TIOWS © Le matin bleu


«Les premières réac­tions sont bonnes. J’ai envie d’as­sumer ce que je fais et tant pis pour ceux qui ne sont pas con­tents » annonce d’entrée de jeu Marina, 33 ans, mariée et mère de deux enfants.

Travaillant dans un milieu social particulièrement difficile et vio­lent, elle craignait que son activité coquine ne lui porte préjudice. «Le sexe, ça en effraie plus d’un! Lorsqu’ils apprennent la nouvelle, les gens sont souvent mal à l’aise. Ils ne comprennent pas pourquoi ma vie professionnelle et familiale ne me suffit pas. Mais une fois qu’ils vont sur mon site, ils sont rassurés, voire amusés. Certains décident même de passer commande ». Selon elle, c’est peut-être parce que son site est conçu pour les femmes en quête de sensualité et non de pornographie.

«Je choisis minutieusement cha­que objet en fonction de la cou­leur, de la forme et de l’emballage. Je ne veux surtout rien de sado­maso, de vulgaire ou de ringard». Marina se tient d’ailleurs à la dis­position des internautes et ali­mente régulièrement la partie «blog» du site.

Enchantée et confiante, elle n’a désormais plus peur des mauvai­ses langues. Elle distribue des flyers, en parle au travail ou à son voisinage. «Je me sens femme chocolat comme celle de la chan­son d’Olivia Ruiz, pleine de dou­ceur, gourmande, mais avant tout libre de réaliser mes rêves». Emilie Veillon

www.bonbonrose.ch