ABE TSR1 Emission du 04 décembre 2007 Sextoys : sexy et toxiques?

Sextoys : sexy et toxiques?

Un filon qui s’expose

En Suisse romande, on connaissait les sextoys dans les catalogues par correspondance. Aujourd’hui, les joujoux plus tendance s’affichent au grand jour. On en trouve même dans un grand magasin, Globus, où, quinze jours à peine après leur première mise en vente, les rayons ont été dévalisés. Les nouveaux marchands de l’érotisme branché ont bien trouvé là un authentique filon.

L’offre en Suisse romande

C’est sur Internet que l’acheteur anonyme peut consulter l’offre la plus vaste. Problème : on y trouve de tout et n’importe quoi. C’est justement pour offrir des produits plus ciblés qu’une jeune mère de famille, ex-infirmière de profession, a lancé cette année son propre site Internet. Basée à Lausanne, Marina veut notamment faire découvrir les sextoys aux femmes qui ne les ont jamais utilisés. Marina B., créatrice du site bonbonrose.ch :« Ce qui est important, c’est que les produits soient bien présentés, que je fasse ressortir leur beauté et l’esthétique du produit. Pour qu’il soit efficace, il faut l’aimer, le trouver beau, arriver à l’érotiser. Je pense qu’un produit joli est plus facile à érotiser qu’un produit laid ou effrayant. » Son conseil : « Incontestablement le rabbit, car c’est une double stimulation et c’est ce qu’il y a de plus efficace. Mais cela dépend tellement de l’histoire que l’on met autour. »

Emission du 04 décembre 2007