Le PQR, ou les nouveaux standards du couple…

Le PQR, ou les nouveaux standards du couple…

«Bon j’dois vous laisser j’ai un plan Q!  J’reviens vite»

«Hein, quoi? Un plan Q? Mais…un plan Q ou un PQR?»

«Nan nan juste un plan cul … Lol»

Il semblerait que le terme de Plan Q (ou plan cul) est issu de l’argot homosexuel, à en croire la définition wikipédia, le «Plan cul» (ou Plan Q) est une passe sexuelle, notamment après rendez-vous sur Internet. Dans le milieu échangiste l’expression et ce mode de rencontre sont aussi largement utilisés.

Le plan cul, c’est clair : pas de sentiment, pas d’amour, seulement du sexe, pas de prochain rdv !

Mais il existe une autre forme de «Plan Cul», le PQR ou le Plan cul régulier, appelé aussi le PCRA, (Plan Cul Régulier Affectif) !

Le plan cul régulier c’est différent… le  «couple» se voit régulièrement, pour avoir des relations sexuelles, ils ne veulent pas s’engager sur du long terme, juste profiter de moments furtifs. La relation est fondée sur un accord explicite ou non qu’il ne forme pas un «vrai couple».

Les «amants» se sentent libres de toutes contraintes, pas de projets, pas d’attentes, pas d’engagements, pas de rupture difficile, pour ne surtout pas revivre la dernière déception amoureuse, ces motivations sont, ma foi, louables…

 

A l’heure ou les sites et magazines féminins nous servent toutes les solutions pour «garder son mec», «être heureux en couple!», « Comment rencontrer l’amour?», de nouveaux standards voient le jour.

La quête absolue du couple idéal, la recherche obstinée de l’âme-sœur,  sont épuisantes et le nombre grandissant de divorces, est un constat d’échec pour tous les romantiques. Le PQR ne serait il pas LA solution pour être et rester libre?

L’entourage, les amis, la famille, sont soigneusement mis à l’écart de cette relation, pour que la réalité du couple ne puisse être validée aux yeux de la société. On veut s’affirmer en tant qu’individu et plus en tant que couple!

Avec un peu moins de poésie que nos ainées soixanthuitards, ce nouveau genre de relation, le PQR, donne le droit aux femmes comme aux hommes de disposer librement de leurs corps. Ne serions nous pas en plein « revival » mai 68 ?

La relation PQR doit être égalitaire : l’homme et la femme doit y trouver son équilibre, au moindre déséquilibre, la relation PQR est censée prendre fin.

La relation «Plan cul régulier» de la série Bref, entre Marla et le héro, reflète bien toutes les ambigüités des relations PQR, où l’on flirte avec l’amour, on teste, on interprète, pour y trouver l’équilibre et se satisfaire de la relation.   Ces rencontres sans contraintes «Pas Parler, juste baiser», ont bel et bien 1 limite à ne pas franchir, ne surtout jamais tomber amoureux!

Dans les faits, bien sûr, ce n’est pas si simple, et les deux héros, freinés par leurs handicaps relationnels,  ne savent pas comment allé plus loin dans leur relation.

 

 

Par choix ou par dépit? Peu importe! …La relation PQR est en train de bouleverser les normes du couple!

Ces amants sont en train de chercher une solution au grand défit de la relation amoureuse: comment s’aimer sans s’étouffer?

«Vivre en couple, c’est faire des compromis» ou «la chronique d’un échec annoncé»…

Marina de Bonbonrose.ch

Les commentaires sont fermés.