Fantasmes : faut-il tout dire ? tout faire ?

Faire une partie à trois, rêver de l’uniforme, revêtir une tenue outrageuse, faire l’amour en public, se faire attacher, … (je vous épargne les fantaisies plus salaces). Ces pensées coquines qui nous mènent vers l’excitation sexuelle s’appellent des fantasmes, qui se promènent librement dans notre esprit et vous font parfois atterrir sur la page de BonbonRose.ch.

fantasme

 

Fantasmer est une pratique normale, naturelle et saine, lorsqu’elle ne devient pas envahissante et obsédante. Mais bien souvent nos rêveries érotiques restent secrètement enfouies en nous, car elles vont à l’encontre des normes comportementales d’une société. Je m’interroge : Est-il important de parler de ces fantasmes ? Les idéalistes du couple me diront oui, mais cela m’amène à une autre question, sur laquelle je suis moins sûr de leur réponse : Faut-il réaliser tous ses fantasmes ?

Pour répondre à la première question, une étude menée par Dantes* en 1999 montre qu’il est important de parler de ses fantasmes, car ils permettent d’engager la discussion avec son partenaire, d’augmenter la confiance en soi et en l’autre, mais aussi d’augmenter la fréquence des rapports sexuels et d’en réaliser certains. Bref, parler de fantasmes, c’est développer plus de complicité avec son partenaire.

Quant à savoir s’il faut réaliser tous ses fantasmes, je ne suis pas parvenu à vous trouver une réponse catégorique… Ce que nous savons est qu’avoir des fantasmes améliore la satisfaction sexuelle et inversement. Une chose est sûre : nous ne réaliserons jamais la majorité de nos fantasmes. Il faut dès lors l’accepter, les entretenir et savoir quand les activer (par exemple, si la flamme du désir au sein du couple s’éteint).

Nos recommandations :

1. Faites l’amour
2. Fantasmez
3. Nourrissez des fantasmes réalisables
4. Parlez de vos fantasmes avec votre partenaire
5. Réaliser vos fantasmes en accord avec votre partenaire
6. Faites l’amour
7. Re-faites l’amour, car il ne faut pas abuser des fantasmes

N’oubliez pas que certains fantasmes resteront irréalisables, et que leurs fonctions résident dans l’auto-excitation. Par conséquent, si vous ne les réalisez pas, ce n’est pas bien grave !

*Dantes, P. (1999). Stimuler ses fantasmes. Éditions Québecor.

cristianChristian